Matiakoali: Une affaire de Rapt vielle d’un an qui perdure.

Somguipaali TANKOANO, est une jeune fille de 14 ans. Le 19 octobre 2018, elle a été victime d’un enlèvement afin de devenir la femme de Monsieur Hamtandi SANGNA. Après cinq mois de séquestration, son père est arrivé à la retrouver, mais les ravisseurs ne s’avouent pas vaincus.

«Ma fille a été kidnappée pour être une épouse. J’ai bataillé de toutes mes forces pour la retrouver. Mais les ravisseurs ne veulent pas abandonner », nous a confié Kagnapoali TANKOANO. Elle aussi a été kidnappée et contrainte de se marier à 14 ans.

Dans la région de l’Est, les histoires de rapt et de mariage de mineurs se poursuivent. Selon les statistiques de l’UNICEF, « 8,9% des femmes âgées de 20-24 ans ont été mariées avant l’âge de 15 ans et plus de la moitié (51,3%) avant l’âge de 18 ans« . Les deux régions du Burkina les plus touchées par le mariage d’enfants sont celles du Sahel (87,1%) et de l’Est (67,3%).

Le rapt: un problème social grave au Burkina Faso !

Au Burkina Faso, 52% des femmes ont été mariées avant 18 ans et 10% avant 15 ans. Enlever quelqu’un pour mariage, contre son gré, est un crime punissable. Néanmoins, la pratique continue et les auteurs sont rarement poursuivis. Les mariages forcés sont profondément enracinés dans les croyances traditionnelles et culturelles.

Les mariages précoces et forcés sont illégaux, mais la loi n’est pas appliquée de façon stricte. L’un des problèmes est que, bien souvent, la loi ne s’applique pas aux mariages traditionnels et religieux, qui sont très courants.

En 2015, le Burkina Faso a adopté une stratégie nationale visant à faire reculer de 20 % le mariage précoce d’ici 2025. Le Burkina Faso a pour obligation, au titre du droit international, d’agir immédiatement et de façon durable pour éliminer le « mariage d’enfants » et les nombreuses atteintes aux droits fondamentaux des filles qu’il entraîne.

Encore une affaire de rapt qui cherche une solution

Cette histoire ressemble à un film de fiction. Le soir du 19 octobre 2018; Mademoiselle Tankoano accompagnée de sa mère, revenait des champs. Sans le savoir, deux jeunes hommes l’attendaient sur la route. Après une rude bataille entre elles et les deux jeunes, Mlle TANKOANO finit par être embarquée et conduite loin de son village.

Informé, son père rapidement porte plainte à la police de Matiakoali. Devant la lenteur dans le traitement de son dossier et la recherche de son enfant, il se confie au Mouvement Burkinabè des Droits de l’Homme et des Peuples (MBDHP) section Gourma. Sur conseil du MBDHP, il porte plainte à la cour de justice de Fada.

Une plainte qui ne porte pas de fruits compte tenue de la grève des greffiers en cette période. Décidé à retrouver sa fille, il fait le tour de la région. Après avoir parcouru plusieurs communes et villages, il la retrouve dans la commune de Bartièbougou.

Les ravisseurs reviennent à la charge.

Ravi de retrouver sa fille, il la confie à son pasteur qui à son tour la confie à un autre pasteur. Une stratégie pour eux, de cacher la fille. Les ravisseurs constatant l’absence de leur « Femme » reviendront dans le village pour la capturer à nouveau.

Après des recherches, ils finissent par apprendre que la fille a été confié à un pasteur. Se rendant chez le pasteur et constatant que la fille n’y est pas, la famille du pasteur fut agressé. Devant le refus du pasteur de montrer où se trouve la fille, ils finissent par menacer le pasteur de partir avec une fille du pasteur en lieu et place de leur prétendu « femme ». Alerté, le village finira par les chasser.

Ce phénomène doit être éradiqué

Pour l’éradication de cette pratique, les actions de sensibilisation doivent être davantage axées sur les parents. Mais surtout, il faut que les dirigeants sévissent. De même, il faut que les services compétents assument et acceptent d’aider les personnes qui s’y opposent à cette pratique. Quand un plaignant fait six mois sans que les services compétents ne lui trouvent une solution, il se résigne à croire que c’est une pratique normale.

Van Marcel OUOBA, Gulmu.Info

*Image illustrative

Une réflexion sur “Matiakoali: Une affaire de Rapt vielle d’un an qui perdure.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :