Elections 2020 : « Il faut privilégier les voies de recours légales en cas de contestation des résultats » selon la CODEL

Après les observations faites pendant les élections du 22 novembre, la CODEL a émis une déclaration ce mardi 24 novembre 2020. Cependant, 90% des dysfonctionnements signalés par la CODEL ont été résolues par la CENI. En effet, la convention dit avoir noté des tentatives de désinformation liées aux dysfonctionnements de certains bureaux de vote, à la fraude , à la violence électorale et à l’achat de conscience.

Pour la secrétaire exécutive de la CODEL, Lydia Zanga, le vote s’est bien déroulé sans incidents majeurs avec un taux de participation appréciable, même s’il faut regretter le faible taux d’enrôlement.Elle poursuit ainsi que la CODEL a malheureusement observé la persistance de plusieurs dysfonctionnements dans l’organisation matérielle des élections. Ce qui illustre un déficit de capitalisations des expériences et leçons antérieures en matière électorale. Elle s’est affligé également des violations de la loi électorale notamment sur la corruption électorale les affichages anarchiques, les violences verbales…

Selon la CODEL, plusieurs dysfonctionnements ont été remarqués dès l’ouverture du scrutin dans certains bureaux de vote. Il s’agit notamment de :

  • Non disponibilité de matériels électoraux (liste électorale, isoloirs, procès verbaux , absence de bulletins pour les législatives) notamment dans les bureaux de vote n°2 de Koundounba ainsi que le bureau de vote n°2 à Titao.
  • Distribution erronée de bulletins de vote pour les législatives à Pama. Plus de 35 personnes ont voté avec des bulletins de vote destinés à une autre province. Le même problème a été signalé à Houndé, à Bobo-Dioulasso et à Kombissiri ».
    La CODEL appelle donc l’ensemble des acteurs en compétition à suivre les voies de recours légales en cas de contestation des résultats.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :