Commémoration de l’indépendance de la Centrafrique au Burkina: La femme dans le processus de la paix.

La communauté centrafricaine vivant au Burkina s’est réunie ce jour 13 Août 2019 pour célébrer le 59ème anniversaire de leur indépendance. Cette journée passée ensemble dans les locaux de l’université Aube Nouvelle a été l’occasion pour eux d’échanger autours du thème : « Rôle et importance de la femme dans le processus de la paix en Centrafrique: États des lieux et perspectives ».

La République centrafricaine est proclamée le 1er décembre 1958. Le 13 août 1960 le pays accède à l’indépendance. Depuis son indépendance, plusieurs crises ont secoué le pays obligeant certains à fuir le pays pour se retrouver dans d’autres contrées. Pour la présidente de la communauté, « seules les valeurs telles que la tolérance, la fraternité et l’acceptation de l’autre peuvent aider la république de la Centrafrique à retrouver la paix tant recherchée. »

Pour la promotion de ces valeurs au sein de la communauté, un Café-débat autour du thème « Rôle et importance de la femme dans le processus de la paix en Centrafrique: États des lieux et perspectives », a permis à Mlle Sandrine TENGUE d’exposer sur le thème et de montrer l’importance et la nécessité urgente aujourd’hui de la femme centrafricaine dans la recherche de la solution dans le processus de paix.

Présidente de la communauté centrafricaine vivant au Burkina

Selon elle, « la difficulté de retour à la paix dans ce pays est la cause de la non implication des femmes dans les processus de négociations pour la paix dans le pays« . Elle soutient que la capacité des femmes dans la gestion des affaires courantes de la famille fait d’elles des pierres angulaires dans tout processus de recherche de la paix. 

Les intervenants à ce débat ont soutenu les propos de la conférencière en affirmant que « En Centrafrique, l’inégalité entre les femmes et les hommes est très grande« . Cette inégalité malgré les grands postes de responsabilité que certaines occupent ou ont eu à occuper, se justifie selon certains intervenants par le fait que la société actuelle priorise le développement et l’épanouissement des hommes au détriment des femmes. 

Pour résoudre ce problème, la communauté compte débuter ce combat par les femmes centrafricaines vivant au Burkina. Le thème de la journée est pour eux un début de sensibilisation à l’endroit des membres de la communauté. Une sensibilisation dont l’objectif est de pousser la femme centrafricaine vivant au Burkina à s’impliquer plus dans le processus de paix en Centrafrique. 

Van Marcel OUOBA, gulmu.info

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :