6ème anniversaire de l’insurrection: Plusieurs OSC appellent au boycott des élections

Ce samedi 31 octobre est commémoré le 6ème anniversaire de l’insurrection populaire au Burkina Faso ayant permis la chute de l’ex Président Blaise Compaoré du pouvoir à la maison du peuple. Plusieurs organisations de la société civile (OSC) ont mis leurs forces en commun pour lancer un message fort à l’orée des élections couplées de 2020. Ils ont dénoncé le silence et la lenteur judiciaire dans le dossier de l’insurrection et l’injustice des gouvernants à l’égard des martyrs de l’insurrection et appelé au boycott des élections.

« Exiger la vérité et la justice pour les martyrs, dénoncer l’entente électoraliste des partis politiques au mépris des aspirations du peuple pour la justice sociale et économique, dénoncer la corruption au sommet de l’Etat… »,tels sont les cris de cœur de plusieurs OSC organisatrices de la commémoration du 6ème anniversaire de l’insurrection populaire. A cette cérémonie, les leaders des OSC, tels que le Mouvement Burkinabè des Droits de l’Homme et des peuples (MBDHP), le Collectif contre l’Impunité et la Stigmatisation des Communautés (CISC), le REN-LAC et bien d’autres se sont exprimés pour crier leurs ras-le-bol.

Pour le Ren-Lac, la corruption sous le présent régime à pris de ailes.

Pour le Ren-Lac, « le présent régime ne fait pas d’effort pour améliorer les conditions de vie de la population. C’est le même système qui continue et les promesses faites aux élections passées n’ont pas été respectées, au contraire il y a une dégradation des conditions de vie des populations avec la venue du terrorisme, le manque d’eau, la situation de,Yirgou…la liste est longue.»

Pour lui, depuis la prise du pouvoir du Président du Faso, Roch Marc Christian Kabore, le taux de corruption a vu une augmentation. Le Burkina ne mérite pas ce qu’il subit.

Le CISC a plaidé pour une accélération du dossier de Yirgou

Quant à Monsieur Daouda Diallo du CISC, les autorités se doivent de se pencher sur le dossier de Yirgou. Il estime que cela traine depuis longtemps, et craint que si cela perdure, qu’un autre Yirgou 2 ne se produise. De ce fait, Il a condamné fermement les crimes auxquels s’adonnent les Volontaires de la patrie (VDP) dans les plusieurs communautés à l’Est, au Sahel et au Centre Nord, alors que leur rôle est de protéger les populations.

Pour lui, ces crimes doivent prendre fin immédiatement et invite les autorités à plus d’effort pour lutter contre la stigmatisation de certaines communautés. Il interpelle également à l’arrestation immédiate des auteurs de crimes et de stigmatisation des communautés.

Abordant la question des élections, les organisateurs ont appelé au boycott des élections et appellent les citoyens à ne pas adhérer aux programmes des différents candidats.

Laure IrèneYAMEOGO, stagiaire Gulmu Info

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :