« La paix par les femmes » le REFERENCES prône à Fada

Le Réseau des Femmes pour la Réconciliation Nationale, la Cohésion Sociale et l’Equité Sociale ( RÉFÉRENCES ), a organisé ce jour en présence des autorités locales de Fada, la Journée Internationale de la Paix, qui est célébrée en différée à Fada N’gourma. Placée sous les parrainages du ministre en charge de la réconciliation nationale et du ministre en charge de la culture, le thème de cette journée fut « valorisation du rôle de la culture et des femmes dans la construction de la paix ».

Le RÉFÉRENCES est une coalition de femmes leaders engagées pour la promotion de la paix et d’un bon vivre ensemble au Burkina Faso. Il s’est fixé pour mission de mettre en exergue la capacités de la femme à reconstruire la paix dans nos sociétés. Il a décidé pour cette année de célébrer en différé la journée internationale de la paix dans la ville de Fada N’gourma, capitale de la région de l’Est sous l’emprise des attaques terroristes.

Guiella GUIFTY, coordinatrice du réseau

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Gouverneur de la région de l’Est. Dans son allocution, une mention spéciale a été faite à l’autre moitié du ciel qui est au centre de la vie en société. Pour lui, la femme en plus d’être la mère de l’humanité a un grand rôle de régulation dans la société et cette activité a tout son sens à cause de la situation sécuritaire. Allant dans le sens du gouverneur, Madame Guiella GUIFTY, coordinatrice du réseau, dans son discours a relevé toute la souffrance que subissent les femmes dans la situation d’insécurité que vit la région. Pour elle, plusieurs femmes sont victimes des effets néfastes de cette guerre qui nous est imposée.

Pour elle, « nos mères, nos sœurs et nos filles, sont les victimes réelles de l’insécurité que vie notre région et par delà notre pays ». Elle ajoute que « Elles ont perdu qui un fils, qui un mari, ou un père. Veuves malgré elle, l’impact social de la situation sécuritaire reste un problème. ». Elle estime que plusieurs femmes vivent aujourd’hui sans appui pour entretenir leurs enfants.

Pour joindre la parole aux actes, elle a invité les participants à l’activité du jour, à penser aux déplacés internes. Des présents ont été offerts à plusieurs déplacés internes et une compétition de football a été organisée entre les femmes déplacées et les femmes résidentes. Ce fut une occasion de partages et de divertissement agencée par des prestations artistiques et de théâtres.

Justin OUOBA, Gulmu Info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *