FONCIER RURAL A L’EST : L’Association pour la Promotion et le Développement du Gulmu (APDG) fait le bilan annuel du DPAC2-EST 2021.

 

Photo de famille : Observateurs, APDG, Laboratoire Citoyenneté, représentants religieux et coutumiers

Le mardi 08 février 2022, l’Association pour la Promotion et le Développement du Gulmu a organisé à Fada N’Gourma la rencontre bilan 2021 de capitalisation de la mise en œuvre des activités du projet dénommé : « Projet de renforcement de la gouvernance locale et des mécanismes de gestion du foncier rural dans les communes d’intervention du programme DPAC dans la région de l’Est ».

Ce projet a vu le jour en 2019 soit dix ans après l’adoption de la loi 034 portant sur le régime foncier suite au constat que cette loi n’est mise en œuvre que dans 62 communes sur les 351 que compte le Burkina Faso. Ces communes d’ailleurs connaissent des difficultés dans son application. C’est aux fins de favoriser une meilleure connaissance de la loi aux populations pour la prise de décision à même de résoudre/réduire les conflits liés au foncier dans 15 communes de la région de l’Est, que l’APDG avec l’appui du Laboratoire Citoyennetés a mis en place des observatoires de veille et gestion de conflits pour animer les espaces « Dialogue pour la paix ». En 2021, l’association a réalisé des activités telles que la formation à l’endroit des observateurs, la collecte des données à travers la plateforme KoBocollect, la réalisation des théâtres fora.

Cet atelier avait donc pour objectifs de :

Capitaliser les résultats engrangés ; Recueillir et analyser les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre et ; Formuler des recommandations. Au cours de la présentation, le président de l’APDG, Boureima Cyrille OUOBA a tenu à rappeler qu’« au cours de l’année 2021, la province de la Tapoa vient en tête avec 41,04% des signaux reçus dans le cadre des conflits communautaires. Dans la région, 68% de ces conflits sont entre agriculteurs et éleveurs. Sur l’ensemble des cas enregistrés, seuls 2,61% des conflits ont eu une gestion administrative ».

Ph, Boureima Cyrille OUOBA, Président APDG

Toutes ces données ont été mises sur la plateforme KoBocollect qui est un outil d’aide à la prise de décision selon le premier responsable de l’association. Les observateurs ont pu, par la même occasion, donner des appréciations sur les diverses difficultés que traversent les zones d’intervention du projet.

Malgré ces difficultés, le premier responsable du laboratoire citoyenneté de la région de l’Est a dit toute sa satisfaction dans la tenue de cet atelier : « 100% des observateurs ont répondu présent à cette rencontre, ce qui nous permet de confirmer l’engagement par rapport à la mobilisation des acteurs ».

Ph ;   Casimir LOMPO, Représentant du Laboratoire Citoyenneté

Selon M. LOMPO les objectifs fixés à travers la convention ont été atteints malgré la lenteur dans le financement du plan d’action et le contexte sécuritaire qui ont pesé défavorablement sur les activités.

OUOBA Van Marcel, Gulmu Info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *