Diapaga : Les PDI ont manifesté aujourd’hui pour « une question de survie »

Ce 24 juin 2023, une ambiance inhabituelle a reigné au secteur 1 de Diapaga et pour cause un meeting des déplacés internes de Diapaga. Ce Meeting des PDI de Diapaga vise à interpeller sur la situation sécuritaire très detoriorée dans la province.

Plusieurs centaines de PDI ont fait un meeting ce jour 24 Juin dans le secteur 1 de la ville de Diapaga. Le coordonnateur de la marche, Tankoano Lamoudiouambo a remercié le gouvernement pour les efforts consentis avant de montrer leurs inquiétudes face à la situation très dégradée dans la province.

Pour les PDI, ce problème est maintenant devenu « une question de survie ». Pour eux, « Les populations manquent de tout et sont fortement exposées aux attaques terroristes ».

Ils demandent que dans l’urgence des opérations de reconquête du territoire démarrent dans la province de la Tapoa afin que ces milliers de déplacés qui n’avaient rien récolté l’an passé puissent repartir labourer leurs champs.

Si pour eux, « l’arrivée du président de la transition, Ibrahim Traoré à la tête du pays a suscité beaucoup d’espoir », ils affirment qu’à ce jour « les principaux axes qui mènent à Diapaga sont devenus des véritables couloirs de la mort à cause des engins explosifs improvisés ».

Plusieurs axes de la province sont sous le contrôle des groupes terroristes qui y ont fait des checkspoints. 12 sur les 19 villages de la commune ont rejoint Diapaga et le nombre de déplacés ne finit de croître. L’économie de la province a fortement chutée causant ainsi une extrême cherté de la vie. Ils affirment que « la situation humanitaire sera pire si les populations ne cultivent pas cette année ».

Craignant d’être asphyxié, les déplacés internes de la ville de Diapaga craignent pour l’avenir de leurs enfants qui en plus d’être privés de tout, n’auront pas la possibilité de rejoindre Fada, le chef lieu de la région pour les concours. De ce fait, ils implorant les autorités à vite réagir pour libérer les axes routiers afin de donner une égalité de chance à tous les fils du Burkina.

Van Marcel OUOBA, Gulmu.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *